Le véhicule électro-solaire à assistance musculaire

Les véhicules électriques solaires n’émettent pas d’émissions polluantes en roulant : hydrocarbures, dioxyde d’azote, monoxyde de carbone et particules fines qui ont un impact significatif sur la santé.

En France, elles provoquent des allergies auprès de 30% de la population et sont à l’origine de 42 000 morts chaque année, soit 5 % des décès (estimation OMS). Plus de dix fois plus de décès que ceux provoqués par les accidents de la route. Plusieurs études épidémiologiques françaises (Afsset, CNRS, Inserm…) ou étrangères (OMS…) démontrent l’incidence de la pollution urbaine, fortement liée aux transports, sur la santé : maladies pulmonaires, respiratoires (asthmes, bronchiolites…), cardiovasculaires, hypertension, stérilité…

Les véhicules solaires permettent également de réduire les nuisances sonores de la circulation, qui ont elles aussi des effets nocifs sur la santé (système immunitaire, maladies cardiovasculaire, stress, santé mentale…)

Au-delà des dommages sur la santé, la qualité de vie en ville serait considérablement améliorée avec moins de fumées malodorantes et davantage de silence !…

Même si difficilement quantifiables, les bénéfices économiques d’une amélioration de cette qualité de l’air et de vie sont facilement imaginables : sur la sécurité sociale, sur les ravalements de façade, sur les gains de productivité générés par de meilleures conditions de vie accroissant l’efficacité professionnelle…

Le CO2

Le secteur des transports représentant le quart des émissions mondiales de CO2, la mobilité est un levier important de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’intérêt varie naturellement selon le mode de production d’électricité. En l’occurrence, l’énergie solaire minimise notre l’emprunte écologique en matière de production de gaz à effet de serre.